Les spams référents et comment les retirer de google analytics

Les spams polluent nos boîtes aux lettres, les commentaires des articles et désormais apparaissent en nombre dans nos comptes Google Analytics. Appelés spams référents, ils désignent le trafic des faux sites référents qui apparaît dans les comptes Google Analytics, faussant ainsi les rapports d’audience. Cela a un réel impact négatif pour les propriétaires de sites et les business en quête d’information fiable sur leur niveau de trafic, son origine et les meilleures sources de conversion. Sans cela, il est difficile d’établir une quelconque stratégie marketing.

Il y a 2 types de spams référents, les ghost spams et les crawler spams. Les Ghost spams (« fantôme ») qui couvrent la majorité de ces spams ne visitent en fait jamais votre site. Ils profitent du measurement protocol qui permet d’envoyer des données directement aux serveurs de Google Analytics. Ils génèrent une fausse visite avec de fausses données sans passer par votre site. Les crawler spams, quant à eux, parcourent vos pages comme Google mais ne se désignent pas eux-mêmes comme robots, se comptabilisant ainsi comme un visiteur classique.

L’intention des spams est comme tout spam d’attirer l’attention et leurrer les propriétaires de sites. Usurpant parfois de fausses adresses URL, ils tentent de vous vendre services ou produits, obtenir vos adresses email ou promouvoir une page. Parce que la plupart agissent à grande échelle, ils parviennent à obtenir des bénéfices commerciaux ou SEO.

Mieux vaut se garder d’être curieux et ne pas cliquer sur le lien d’un de ces spams au risque de s’exposer à des scripts malveillants ; ceux-ci peuvent infecter votre ordinateur ou voler des données électroniques. Voici une liste de spams référents pour vous aider à les reconnaître, liste.

Les spams bots attaquent en priorité les sites mal sécurisés ou les sites e-commerce et ceux qui utilisent les CMS (Content Management System). Une des précautions est en priorité d’assurer un hébergement suffisamment sécurisé et reconnu sur le marché des hébergeurs.

Parmi les solutions afin de se débarrasser des spams référents dans la mesure de votre trafic, voici un article qui m’est apparu le plus simple dans la méthode parmi tant d’autres, « Keep Calm and Stop Ghost Spam in Google Analytics ». Il s’agit de créer un filtre dans votre compte Google Analytics « source de la campagne » dont les 1er effets apparaitront après 24 h.

Supprimer les spams référents vous permettra non seulement de rendre plus fiable vos résultats d’audience mais aussi de publier un site plus sécurisé.

Marianne Cassany auteur

MARIANNE CASSANY

Digital marketer 

Marianne a plus de 15 ans d’expérience en webmarketing au sein d’agence, PME et grands groupes à Paris, Boston et Londres. Elle développe à présent des sites internet et des plateformes de e-commerce à Bordeaux.

Ca coûte combien un seo ?

Parce que la question posée entre la poire et le fromage « combien ça va coûter un référencement pour mon site ? » me plonge systématiquement dans l’embarras, j’ai décidé d’écrire un article sur la question. j’espère que la catharsis opérera et que je vivrai mieux la réponse que j’apporte toujours et ô combien frustrante pour mon interlocuteur : « ca dépend ». le coût d’un seo dépend en effet de multiples facteurs, certains éléments nécessitent d’être connus avant de donner la moindre évaluation.

Je parle ici de référencement naturel (SEO, searche engine optimisation) et n’aborde pas les campagnes payantes Google adwords (liens sponsorisés) par exemple. Il s’agit donc d’obtenir pour son site un bon positionnement dans la partie gratuite des résultats de recherche sur Google.

Un certain nombre de facteurs dépendent tout d’abord de vous et de vos objectifs de visibilité. Le référencement le plus efficace demande un travail sur le long terme et de l’investissement en temps ; les 1er résultats prennent plusieurs semaines et il s’agira de les maintenir par la suite. Et plus votre marché sera compétitif avec des concurrents actifs en SEO, plus l’investissement à y consacrer sera important.

D’autres facteurs dépendent directement du site ; il est nécessaire d’effectuer un audit sémantique et technique de votre site afin de voir si celui-ci est construit ou non sur de bonnes bases. Un aperçu du code dont l’emploi des mots clefs et la hiérarchisation des titres dans les balises attitrées qui rendent votre site plus accessible par les moteurs, révélera des 1ers éléments clefs en matière de respect des règles SEO. Les performances techniques également de votre site (temps de chargement des pages, type d’hébergement) influencent votre positionnement dans les résultats de recherche. Citons aussi la qualité des contenus éditoriaux qui y sont publiés, avec la quantité dosée de bons mots clefs, la fréquence de leur mise à jour.

Le référencement est donc un écosystème et son travail ne peut se mesurer qu’à la croisée de multiples facteurs (marketing, concurrentiel, techniques, éditoriaux). C’est la raison pour laquelle le prix fixe n’existe pas et qu’une première pré-étude de votre projet et de votre environnement est nécessaire pour une estimation tarifaire.

La problématique révèle indirectement que le référencement n’est pas une affaire qui peut être remise exclusivement entre les mains d’un prestataire externe. Une culture SEO en interne par l’éditeur du site lui-même est ce qui est le plus souhaitable pour un travail efficace et pérenne. Il s’agit d’éviter de renouveler des erreurs dans la mise à jour de son site et un changement des habitudes, notamment quant à la publication des contenus éditoriaux, est quelquefois nécessaire. La qualité de ce que l’éditeur publie et la façon dont il gère son site influent directement sur la visibilité de celui-ci. C’est pour cela qu’à terme le travail de SEO mérite d’être internalisé, du moins en grande partie, débouchant idéalement sur un simple travail de suivi de la part du prestataire. On ne peut pas considérer raisonnablement le travail d’un prestataire SEO comme un travail de rustine qui compensera par une intervention ponctuelle les faiblesses de l’éditeur du site.

Au-delà de l’éclairage que j’espère avoir apporté, et pour revenir à la question initiale du coût, un tarif horaire est une base qui permettra de calculer le montant du forfait le plus adapté. Un budget peut être ainsi établi par un pré-audit qui recueillera des informations nécessaires afin d’évaluer la dimension de la prestation. A Thank You Ted, notre tarif horaire est à ce jour de 40€. Les prix en France s’étalent entre 20 et 250€ (des consultants free lance aux grosses agences). La charge en temps d’un travail SEO effectué pour une PME s’étend entre 10 et 15 heures le premier mois. Quand le projet est signé, nous intervenons ensuite par un rapport d’analyse, la définition d’actions et un accompagnement à la mise en place de celles-ci. Durant ce processus, nous transmettons le maximum de connaissances SEO à nos clients. Donner la plus grande autonomie au client optimise les conditions d’un bon SEO. L’intervention par la suite d’un fournisseur comme Thank You Ted prendra alors sens par une prestation plus réduite de report et de suivi, réduisant ainsi les coûts.

Marianne Cassany auteur

MARIANNE CASSANY

Digital marketer 

Marianne a plus de 15 ans d’expérience en webmarketing au sein d’agence, PME et grands groupes à Paris, Boston et Londres. Elle développe à présent des sites internet et des plateformes de e-commerce à Bordeaux.

Comment attirer google avec un contenu optimisé

Quand on aborde le référencement naturel, les marketers savent que les deux principaux leviers qui optimisent la publication de ses pages sur google sont le nombre de liens entrants et l’optimisation effectuée sur la page elle-même. le premier levier révèle l’importance particulière d’une présence active sur les réseaux sociaux qui peuvent générer des liens vers sa page. le second illustre le travail à effectuer sur la page elle-même et constitue la première tâche à effectuer.

Les deux méthodes jouent un rôle important dans l’amélioration du classement de sa page dans les résultats de recherche sur les moteurs de recherche (appelé « positionnement » ou « ranking »). Je voudrais m’attarder, dans ce premier article sur le SEO, sur l’optimisation de la page elle-même d’un point de vue éditorial.

L’objectif est donc d’obtenir le meilleur classement sur Google, ce qui équivaut à l’apparition de sa page parmi les premiers résultats de recherche. Les recommandations éditoriales qui peuvent ainsi vous aider à maximiser votre positionnement par un contenu optimisé sont les suivantes :

1. Des contenus de qualité et mis à jour

Les moteurs de recherche veillent en priorité à la qualité des services offerts aux internautes, qualité qui se mesure d’abord par des contenus pertinents. Aussi, avant même de penser aux moyens d’améliorer votre SEO, passez le temps nécessaire à écrire des contenus intéressants et originaux. Des contenus originaux ne signifient pas que le sujet traité n’a jamais été précédemment abordé, ce qui serait impossible. Mais il est souvent possible d’y ajouter une spécificité en approfondissant certains points, en organisant ceux-ci différemment, ou en reliant certaines informations entre elles. Effectuer quelques recherches sur les réseaux sociaux afin de découvrir les questions que posent les internautes et ce qui retient leur attention sur un sujet particulier, peut aider à trouver un angle d’attaque original par exemple.

Dans le même souci d’offrir le meilleur service aux internautes, les moteurs de recherche accordent de l’importance à la mise à jour des informations. Mettre à jour régulièrement les pages de votre site permet d’augmenter la fréquence de passage du robot d’indexation du moteur et accroît la valeur qu’il attribue à votre site.

2. Longueur du texte

Parce qu’il n’est pas aisé de publier des contenus qui soient de qualité avec moins de 200 mots dans une page, particulièrement un article de blog, la longueur de votre texte a de l’importance.

Les études révèlent que parmi le top 10 des premières pages de résultat de recherche, plus une page contient de mots, meilleur est son classement par les moteurs.

Toutefois, nous savons dans le même temps que les internautes lisent moins les articles quand ceux-ci sont longs. C’est pourquoi la meilleure approche est de s’exercer à un compromis entre des articles suffisamment nourris au bénéfice de son SEO et ne pas détourner le lecteur en outrepassant la taille limite de contenus digestes.

Dans le cas des vidéos ou des infographies, parce qu’il est plus difficile à Google de juger de la pertinence d’une page avec ce type de contenus, le moteur de recherche se fiera au nombre de partages sur les réseaux sociaux pour évaluer sa qualité.

3. Une présence naturelle des mots clefs

La définition et l’utilisation de vos mots-clefs dans votre article sont essentiels dans leur détection par Google ; évitez toutefois une trop grande répétition de ceux-ci et ne recourez donc pas au « keyword bombing ». Les effets de ce type de méthode sont le contraire de ceux recherchés : Google repèrent à présent cet artifice et blacklist les pages qui s’y adonnent. Il fut un temps où Google pouvait être leurré par ce procédé, mais comme mentionné plus haut, ces temps sont révolus et Google a désormais les moyens de récompenser les pages qui contiennent des contenus « propres ». C’est pourquoi, en plus d’être pertinent dans vos contenus soyez, comme Matt Cutts porte parole de Google nous y invite, « naturel » :

Plutôt que recourir au “keyword bombing”, mieux vaut utiliser le vocabulaire plus large rattaché au mot clef, tels les synonymes, les termes approchants, les mots de la longue traine *, des expressions. Google les prend à présent en compte dans son algorithme d’indexation. Il y a des outils qui permettent de comparer le volume de recherche de vos mots clefs par les internautes et qui suggèrent également les mots clefs reliés et approchants, comme Google Trends.

3.1 Présence dans votre titre

Le titre de votre page web doit décrire en quelques mots le contenu de celle-ci. C’est le premier élément que l’internaute lira dans les résultats de recherche ; à ce titre, il est important d’en prendre soin et c’est également la raison pour laquelle Google y accorde une importance particulière. Essayez par conséquent de placer vos mots clefs dans vos titres.

Chaque titre de page de votre site a besoin d’être unique afin d’éviter d’être considéré comme de la duplication de contenus par Google (un autre artifice pour améliorer son classement et qui est banni par Google). Afin d’être lisible dans les pages de résultats de recherche du moteur, il est recommandé de ne pas leur faire dépasser 60 caractères.

Les européens lisant de gauche à droite, il est également préférable d’insérer vos mots clefs plutôt en début de titre.

3.2 Présence dans le premier paragraphe et dans les sous-titres

Votre premier paragraphe est l’introduction et la place où vous décrirez ce dont vous allez parler. Google sait cela et c’est la raison pour laquelle il y porte attention. En plus des titres, Google tient compte en effet des sous-titres. Là encore, essayez de placer vos mots clefs au sein de chacun, et afin d’éviter la sur-optimisation que j’évoquais précédemment (keyword-bombing), ayez recours à la longue traine * ou aux synonymes.

3.3 Présence dans l’URL

Une URL (adresse web de votre page web) donne de l’information à votre internaute, lui permet de comprendre de quoi parle votre page et constitue également un élément clef de la recherche Google. Essayez par conséquent d’y insérer vos mots clefs, tout en évitant de trop longues adresses pas très mémorisables par l’internaute.

4. Créez des liens internes et externes

Créer des liens internes entre vos pages web renforce leur visibilité sur Google. N’oubliez donc pas de les mettre en place s’il sont pertinents. S’agissant des liens externes, certains marketers n’aiment pas en ajouter depuis leurs pages pensant y voir une incitation à quitter leur site. Pourtant Google n’aime pas les pages sans liens externes, car une fois de plus, il donne la priorité à ce qui intéresse l’internaute :

“Des liens externes pertinents aident vos internautes. Des liens externes enrichissants assoient votre crédibilité.”

Aussi, sans ajouter de liens vers vos concurrents directs, vous pouvez créer quelques liens externes vers des sites faisant référence dans votre domaine. Et vous pouvez certainement vous attendre à ce que si votre article est suffisamment intéressant, l’internaute reviendra sur votre page et votre blog. Pensez toutefois en créant le lien, à ce qu’il s’ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur afin de ne pas forcer la fermeture de votre site au visiteur.

En conclusion, ce que l’on peut retirer de ces différentes recommandations, est que si vous voulez optimisez votre page afin d’obtenir le meilleur positionnement possible, ne pensez pas trop positionnement, classement… Gardez en tête l’intérêt et les attentes de vos visiteurs, pensez à leur être utile et Google se montrera reconnaissant, voilà la recette essentielle.

* Pour une définition efficace de la longue traîne et creuser le sujet, je vous conseille la lecture de la page d’Olivier Corneloup : « L’ensemble des mots clés qui, pris individuellement, génèrent peu de trafic mais qui, une fois cumulés, peuvent peser jusqu’à 80 % du trafic. »

Marianne Cassany auteur

MARIANNE CASSANY

Digital marketer 

Marianne a plus de 15 ans d’expérience en webmarketing au sein d’agence, PME et grands groupes à Paris, Boston et Londres. Elle développe à présent des sites internet et des plateformes de e-commerce à Bordeaux.